Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 14:38

Message d'espoir :

Les semaines passées fûrent chargées en évènements lourds de conséquences qui malheureusement ne sont pas encore finis: Le tremblement de terre, ses conséquences (Tsunami, catastrophe nucléaire) puis la guerre en Lybie.

Chacun réagit à sa façon face aux difficultés que la vie nous impose. Pour ma part cela me renvoie à l'aspect éphémère de notre existence. Loin d'être pessimiste je me dit qu'il est plus que temps de tout faire pour mener à bien mes projets.

Nous passons la plus grande partie de notre vie au travail bien souvent le stress vient s'ajouter aux problèmes du quotidien. Ayant bientôt trente ans je dois avouer que le temps passe à une vitesse incroyable et plus il s'écoule plus je suis convaincu qu'il est essentiel à l'équilibre de l'être humain de tendre vers sa propre réalisation.

Pour ma part j'essaye de tout mettre en oeuvre pour pouvoir un jour vivre de ma passion, les arts martiaux. Ce n'est pas une mince affaire car dans un monde dominé par la logique de l'économie de marché et de la rentabilité où la place faite aux arts, qui par leur essence même ne rapporte rien de concret si ce n'est du bien être, est de plus en plus faible.

Je suis malgré tout convaincu que la seule chose qui donne sens à notre vie est ce que nous réalisons car plus que les mots les actes sont ce par quoi nous existons.

Si personnellement ce sont les arts martiaux, toutes les voies sont à mon sens honorables pour peu qu'on mette tout son coeur et que l'on fasse les choses avec plaisir.

Ainsi j'invite tous ceux qui liront ces mots à aller au bout de leur rêves et à ne jamais baisser les bras devant l'adversité. 

Et je terminerai cet article en citant l'écrivain et poète britannique Rudyard Kipling et une vidéo de Joe Cocker à Woodstock:


Traduction de André Maurois :

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser le rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un homme, mon fils.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by julien coup - dans réflexions personnelles
commenter cet article

commentaires

Léo Tamaki 06/04/2011 03:12



Belle poésie, belle chanson... et beau post. Cela fait quelques années que je suis témoin de ton parcours et que je vois quelqu'un qui fait plus et mieux que ce que l'on attend. C'est le meilleur
gage de réussite et je suis sûr qu'elle couronnera tes efforts.


 


Très amicalement,


 


Léo


 



julien coup 06/04/2011 14:12



Domo arigato gozaimasu Léo Senseï :)


A vrai dire j'avais écris cet article dès la première semaine des malheureux évènements qui ont frappés le monde d'un peu partout. Mais je n'ai pas osé le publier par peur de paraître un peu
ridicule ou trop tragique...La réalité c'est que j'étais moi même ridicule de ne pas assumer mes pensées!


A bientôt,


 


Julien