Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 18:32

 

 

 

         Nous sommes partis récemment nous entrainer au Japon à l'occasion du Master Tour sakura 2013. Une partie des entraînements étaient prévue avec Kuroda senseï. Ce furent des moments privilégiés passés en sa compagnie et celle des élèves japonais. 

 

 

 DSCN0278

Devant l'un des dojos où nous avions cours 

 

 

 

 

La forme, le fond, la libération

 

 

         Lors du dernier cours Kuroda senseï nous a donné quelques clés afin de mieux comprendre son enseignement. Il expliqua qu'il fallait être capable d'aller au delà du kata pour que chaque mouvement que l'on exécute puisse être potentiellement une technique. Il cita d'ailleurs une phrase d'O'senseï pour illustrer son discours qui tenait à peu près les mêmes propos.

 

 

         Avant toute chose il est nécessaire d'éduquer le corps pour arriver à ce résultat, c'est le travail du kata. Il faut d'abord apprendre la forme puis la creuser, la questionner afin de trouver quel secret elle renferme.

Il ne faut pas oublier cependant qu'il s'agit d'un art martial et que les katas sont des situations d'études. Passé un certain temps il faut réussir à sortir du kata et être capable de bouger librement. Il y a d'ailleurs un peu de cette idée je pense dans le travail des formes ura qui débutent dans les mêmes conditions mais changent totalement la forme par la suite.

 

 

images.jpeg

éduquer le corps par le kata


              La route est longue pour arriver à ce niveau et il faut commencer par savoir marcher avant d'essayer de courir. C'est d'ailleurs ce que nous faisons en shinbukan tant au sens figuré que littéral:)

 

 

Des pratiques différentes, des résultats semblabes

 

 

         Ce fût un agréable moment pour clôturer notre séjour martial au cours duquel Kuroda senseï fît passer un message sur le travail de fond dans les arts martiaux en général. Il expliqua qu'il avait déjà vu dans d'autres domaines (karaté, arts martiaux chinois...je crois qu'il parlait d'une forme de Yi Quan) des pratiquants qui pouvaient se mouvoir d'une manière très efficace. Il n'a pas affirmé qu'ils utilisaient les mêmes théories, n'ayant pas pu le vérifier, mais que leur façon de bouger avait quelque chose de différent, que leur corps était "construit". 

 

         Plus que de nous apprendre qu'il existe d'autres personnes capables de bouger comme lui au monde ce fût surtout, je pense, un message  pour que nous comprennions que les principes d'utilisation du corps n'ont rien d'exclusifs et peuvent se travailler dans d'autres disciplines.

 

 

irimi-20nage.jpg

se libérer de la forme

 

 

         Peu importe le style ce qui est intéressant au final c'est de chercher l'essence des mouvements que renferme le kata, le tao, la gamme ou peu importe le nom qu'on lui donne. 

 

 

 

         Voici pour terminer une vidéo que j'ai découverte dans mes pérégrinations martiales sur le net. Elle représente une forme de Taïjiquan appelé Wu démontrer par un haut dignitaire chinois Chu Minyi. Apparemment c'est une des plus anciennes vidéos qui existe dans cette discipline.

 

La première partie est un kata qui dure 3 minutes (ce qui est assez long). Ensuite on voit l'application à deux avec un travail très fluide et en constante connection. 

 

La vidéo se termine avec des exercices plus "scientifiques" sur différents appareils d'entrainement spécifiques et assez ingénieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by julien coup - dans Master Tour
commenter cet article

commentaires