Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 19:17

 

Un chemin vallonné

 

    Que ce soit avec Tamura senseï, Hino senseÏ, Kono senseï, Kuroda senseï parfois lors d'un stage un sentiment de frustration peut s'emparer de nous tant le fossé peut sembler infranchissable. 

 

    Parfois le ressenti est positif, les techniques arrivent plus ou moins à venir sans "difficulté" et d'autres fois, au contraire, rien ou presque ne passe.

 

          La voie que l'on emprunte dans les budos ressemble en ce sens à un chemin vallonné oscillant entre des phases ascendantes et descendantes. En général lorsque l'on commence à se sentir trop à l'aise c'est qu'on arrive en haut de la côte et la descente s'amorce avec les remises en questions qui affluent.          

 

Hiroshige11_hakone.jpg

 Hakone par Hiroshige extrait des 53 stations du Tokaïdo


          A la différence des sports de compétition où l'entrainement vise à la performance et où l'Ego est facilement nourri, dans les budo, dans les bujutsu, l'essentiel du travail, dans l'idéal, consiste au contraire à tenter d'effacer l'Ego pour laisser la technique jaillir, sans pensée, Mushin no shin. Voici ce qu'en dit le maître zen, Takuan Soho

 

    "L'esprit devrait toujours être dans un état de fluidité, lorsqu'il s'arrête sur quelque chose le flux est interrompu et c'est l'interruption qui est préjudiciable au bien-être de l'esprit. Dans le cas d'un sabreur, cela signifie la mort. Quand le sabreur se tient devant son adversaire, il ne pense pas à son ennemi, ni à lui-même, ni aux mouvements du sabre de son adversaire. Il se tient juste là avec son sabre, qui oubliant toute technique, est prêt à suivre uniquement ce que lui dicte le subconscient. L'homme s'est effacé en maniant le sabre. Quand il frappe, ce n'est pas l'homme mais le sabre dans les mains du subconscient de la personne, qui frappe."

 

        Je ne crois pas me tromper en avançant que nous retombons facilement dans un model compétitif à "l'insu de notre plein gré"...et lentement mais sûrement l'ego reprends le dessus. Comment tourner ce va et vient incessant à notre avantage?

 

 

De l'expérience né le progrès

 

    Transformer notre expérience négative, frustration née de la volonté de réussir, de faire, en énergie positive pour progresser dans la volonté de ne pas faire, d’agir sans vouloir agir…

 

Contrôler l’Ego? Le laisser s’exprimer? L’utiliser? Qu’en est il au final?

 

    

      On parle de lui comme de l’ennemi juré dans les arts martiaux, dans la méditation, au fond si comme si nous devions lutter en permanence contre nous même. Doit-on absolument chercher à faire taire cet Ego? Est ce là le sens de notre pratique? Plutôt que de combattre contre soi même, et par extension contre les autres, ne serait-il pas plus utile de trouver un terrain d’entente? Un Equilibre? 


 

 

yin-and-yang-145874_640.png

Yin et Yang en Chine, In et Yo au Japon symbole de l'équlibre entre le vide et plein, la volonté et son absence... 


 

    C’est un peu le sens de la recherche martiale. Trouver un moyen d’harmoniser l’esprit et le corps afin d’obtenir une utilisation optimale de nos fonctions? Enlever les tensions inutiles du corps, souvent liées à celles de l’esprit, afin d’unifier notre pensée et notre mouvement. Peut-être est-ce un peu cette idée quand on parle de « Non-pensée »? Non pas un état où plus rien ne passe car sans cela l’action n'existe pas mais un état où étant uni aux mouvements du corps l’esprit se tait, accompagne et guide silencieusement.

 

      Bien évidemment il s'agit d'une réflexion personnelle sur un sujet complexe, intangible. C'est une piste que j'ai développée autour de ma propre expérience et je tenais à la partager. Plutôt que de m'énerver de mes échecs dans la pratique j'essaye d'apprendre d'eux. J'ai l'impression d'être plus habile avec le temps mais peut être est-ce encore un tour de l'Ego...


 

   

tour-lego-1-466x700.jpg

Tour de Lego... 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by julien coup - dans réflexions personnelles
commenter cet article

commentaires

Terry 11/11/2013 23:51


 


Bonjour Julien


Il claire que la pratique martial fait taire l'esprit « l'Ego » . De l'inaction du mental né la pleine conscience, l'harmonie. Même les étirements d’ailleurs. Où nous somme là à
ressentir notre corps de la tête aux pieds à nous relâcher dans le calme le plus complet.


L’idée que je me fait de l'Ego pour le moment et la suivante.


Il est ni bon... ni mauvais... Il est là... A nous de ne pas le retenir et de ne lui prêter aucune attention. Ou alors, lui
apporter une analyse critique en acceptant le résulta.


Oui l'expérience doit jouer un rôle. On dit bien des vieux qu'ils sont des Sages :-) :-) :-)


 


Terry












julien coup 14/11/2013 14:06



Salut Terry,


Tout à fait d'accord je crois qu'il ne faut pas chercher à aller à l'encontre de notre façon d'être. Il vaut mieux laisser les choses se faire et essayer de se corriger en s'observant. C'est un
peu l'idée de la pratique martiale.


A ce soir,


 


Julien



Remi 11/11/2013 11:57


C'est ce qui est interessant je trouve dans ce passage du Chogyam Trungpa c'est que cela depasse le cadre spécifique de la meditation et resonne dans d'autres pratiques ainsi que dans le
quotidien ... dans le monde des budo le rappport a l'ego est une choses contre laquelle on se cogne tres souvent !!!

je prends note pour pr les shuriken si le temps et le temps :) le permettent ... avec plaisir ;)


Remi

julien coup 11/11/2013 17:45



yes pas de souci:)



Remi 11/11/2013 02:54


Ton interrogation sur que faire de l'ego ...me rappel un passage d'un enseignement de Chogyam Trungpa que je te partage ici :

A la question une sur l'ego (faudrait-il le tuer?), Chögyam Trungpa répond :

Un étudiant : Pour la méditation, est-ce-qu’un étudiant devrait se débarrasser de l’ego avant de commencer, ou est-ce-que cela viendrait naturellement au fur et à
mesure qu’il étudie ?

Chögyam Trungpa : Cela vient naturellement, parce qu’on ne peut pas commencer sans ego. Et à la base, l’ego n’est pas mauvais. Bon ou mauvais n’existent pas vraiment où que ce soit, c’est en fait
quelque chose de secondaire. L’ego est, en un sens, une fausse chose, mais pas forcément une mauvaise chose. On doit commencer avec l’ego et s’appuyer sur l’ego, et à partir de là, il s’use,
comme une paire de chaussures. Mais on doit s’appuyer dessus et l’user jusqu’à la corde, afin que rien n’en soit préservé. Sinon, si l’on tente de pousser l’ego de côté et de commencer en étant
parfait, on peut devenir de plus en plus parfait de manière disons unilatérale, mais la même quantité d’imperfection s’amasse de l’autre côté, comme créer une intense lumière crée également une
intense obscurité.

(Méditation et Action de Chögyam Trungpa)

julien coup 11/11/2013 11:16



Salut Remi,


C'est très intéressant. Je ne connais pour ainsi dire que très peu les ouvrages de méditation aussi je suis content de voir que je ne m'égare pas trop dans ce que je raconte.


Merci pour l'info et la lecture,


A bientôt,


Julien


PS: Prends tes shurikens au prochain stage si il fait pas trop mauvais on se fera un petite session un midi^^



Fabien 10/11/2013 22:10


Pour ne pas avoir de problème d'ego c'est simple : tout réussir toujours et être le meilleur toujours. Bon là, par exemple, je fais le premier commentaire, c'est le meilleur et hop ego 1 point
(en anglais pour encore plus) 

julien coup 11/11/2013 11:03



Au top Fabien j'en attendais pas moins:) Merci pour la lecture!


A bientôt,


Julien