Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:21

 

 

Préparation pour Bercy

 

Récemment Isseï, Alex, Thomas et moi-même avons accompagné Léo comme UKE pour une démonstration lors de la nuit des arts martiaux à Bercy.

 

     Si nous avions tous déjà fait l’expérience d'une démonstration c’était la première fois que la préparation était aussi cadrée.

 

     On peut considérer qu'il existe deux grandes tendances pour aborder une démonstration, la première consiste à ne rien préparer où presque dans l'esprit de takemusu Aïkido  les techniques s'enchaînent naturellement, le résultat dépendra de la capacité du démonstrateur à s'unir aux différentes formes d'attaques et à pouvoir sortir un riche panel technique. La seconde possibilité est de préparer un enchainement précis avec une mécanique réglée et minutieuse.

 

Les allers-retours entre ces deux formules sont multiples et d'un extrême à l'autre bon nombre de combinaisons sont possibles.

 

     Pour Bercy nous étions à l'extrémité de la seconde possibilité et Léo dû se plier à des exigences de préparation assez poussées. L'option improvisation n'était absolument pas envisageable. Nous avons dû outre les multiples répétitions en faire une filmée et chronométrée afin que les organisateurs puissent vérifier si nous respections bien les contraintes de temps et de qualité demandées.

  

     En écrivant ces lignes j'imagine au loin s'élever les critiques des puristes, dignes "héritiers" de la voie, engager le débat sur la place ou non des arts martiaux « traditionnels » dans une démonstration grand public où se côtoient autant la tradition que le spectaculaire.

 

 

Vidéo de la démonstration à Bercy 2014 avec Léo 

 

   N'en demeure pas moins que ce fût une belle occasion de promouvoir notre discipline qui ne bénéficie que de peu de moyens en comparaison des sports de combat et autres disciplines olympiques ultra-médiatisés.

 

L’importance du rôle d’Uke

 

     Le rôle d'Uke est d'une importance primordiale dans les démonstrations où le maître a besoin de pouvoir s'exprimer le plus librement possible afin de représenter au mieux sa discipline. 

    Je me rappelle des stages avec Suga senseï qui nous racontait nombres d'histoires et théories sur les arts martiaux. Parmi celles-ci figuraient son explication du niveau incroyable de Tamura senseï qui était en grande partie dû, selon lui, aux très nombreuses fois où il avait eu l'occasion d'être Uke d'O Senseï. Ce dernier qui enseignait de manière traditionnelle, c'est à dire sans parler où très peu, obligeait ses élèves à développer deux grandes qualités: la sensibilité et l'observation.

 Cependant n'importe quel pratiquant pourra vous le confirmer, l'observation, si elle est une étape essentielle, est insuffisante sans une sensibilité corporelle accrue. C'est en ressentant la technique du maître avec tout le corps que l'on peut espérer un jour comprendre les mécanismes en jeu. 

 

suga-toshiro-julien-coup-2.jpg

Suga senseï et moi même comme Uke

 

     Léo avait bien compris cela et de mémoire il a toujours insisté sur la nécessité d'être capable à la fois d'être bon aussi bien en tant que Tori que Uke. Aujourd'hui j'essaye de transmettre la même chose à mes élèves.

     En révisant pour la démonstration je me suis remémoré toutes ses heures passées au dojo, en stage, à chuter et me suis rappelé à quel point ce travail m'avait été utile dans la compréhension des techniques. 

 

S'exprimer en fonction du niveau

 

     Evidemment tout est question de niveau et plus on s'entraîne avec un Uke performant plus on a d'opportunité de progresser. 

     C'est d'ailleurs le paradoxe de l'Aïkido qui en résume toute la beauté et la difficulté. On évolue pas contre mais avec l'autre. Comme il s'agit d'un art sans compétition il n'y a pas de moyen de vérifier son niveau par un système de confrontation. Une des options est alors de pouvoir "tester" les qualités d'une technique en l'exécutant pleinement grâce à un Uke capable de recevoir.

 

NAMT09-Tamaki-C-002.jpg

Isseï, à la NAMT 2009 avec Léo: le meilleur Uke avec qui j'ai pu m'entrainer:)

 

     Le principe est de permettre à Tori de contrôler ce qui vas ou pas dans sa technique par une plus grande disponibilité d'Uke. Quand les mouvements s'accélèrent les décalages apparaissent plus nettement, les tensions reviennent rapidement et cela permets de voir quels points vont être à améliorer en repartant sur un travail plus lent par exemple. 

     Et de temps à autre ne serait-ce que pour se gargariser un peu cela fait du bien de pouvoir s'exprimer sans retenue:)

 

 

 

 



 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by julien coup - dans La pratique de l'aïkido
commenter cet article

commentaires

Fabien 02/03/2014 23:52


Ca me fait penser aux blagounettes de "Paf le chien" et "Wizzz la girafe".


Et boum le uke :-)


Et samedi y faisait quoi le preteur de barbec ?

julien coup 03/03/2014 08:10



Salut Fabien,


Le preteur de barbec faisait les magasins pour femme enceinte:) Ce n'est que partie remise!


A bientôt,


Julien