Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 20:18

J'ai rédigé cet article en réponse à Erwan pour le blog la Pratique Sauvage

 

 540883_439784909409285_484089571_n.jpg

la pratique sauvage


     J'ai rencontré Erwan par le biais de Tanguy et des master class que Léo organise. Si je connaissais peu l'homme, que j'ai plus découvert par ses écrit, j'ai tout de suite apprécié le pratiquant. Humble et calme à l'image de son mentor Allen Pitman, il fait parti de ces personnes qui malgré leur important bagage savent se mettre à la portée des autres. 

 

      D'ailleurs il sait si bien s'effacer que lorsque j'ai voulu écrire à son sujet pour présenter son blog et son parcours je me suis retrouvé submergé de nombreuses informations à son propos. J'étais loin de me douter qu'il multipliait les casquettes étant à la fois enseignant, comédien, auteur et pratiquant chevronné. J'ai donc reporté le projet à plus tard ne sachant par quel côté commencer.

 

 

11-logovignette-1274343355-300-2.jpeg 

      L'homme en question:)

 

          C'est finalement lui qui m'a contacté pour écrire sur son blog...j'espère que je serai me montrer à la hauteur de ses écrits d'autant que je viens de lire ceux qu'il a publiés d'Olivier, Léo, Allen et maintenant de Daniel Mroz. Depuis ma publication d'autres écrits ont été publiés que vous retrouverez sur le blog d'Erwan.

 

 Il s'agit donc de 4 courtes questions auxquelles on peut répondre ou pas:

 

D'où parles tu?

Connais toi toi-même?

Les ancêtres et les morts?

Forger ses propres outils?

 

 

D'où parles tu ?

 

      Passant du rôle de l'enseignant à celui de l'élève régulièrement je me pose nombre d'interrogations sur la pratique. Quand elles me paraissent viables je les exploite. C'est le propos de mon blog : partager, informer et échanger autour des arts martiaux. Lorsque j'écris j'essaye d'être le plus neutre possible et, comme quand je m'entraîne, de ne rien garder pour acquis. 

 

      Ainsi je parle simplement du point de vue qui est le mien. De mon expérience, de mon vécu auquel je confronte mes interrogations du moment. Parce que le blog m'offre cette possibilité de m'exprimer sur des sujets qui sont importants à mes yeux. 

 

      Tous ces efforts d'écriture ne sont néanmoins que la cristallisation d'une pensée du moment qui évolue en permanence autour de questions revenant de manière cyclique. C'est ce que je trouve intéressant: retourner le problème dans tous les sens avec notre vision du moment pour le voir revenir déguisé sous une autre forme puis l'analyser sous un nouvel angle.

 

      Le phénomène des blogs est somme toute assez récent et permet aussi de poser les bases d'une réflexion commune (tel que ce projet). Le propos n'est pas de chercher des affirmations et d'imposer une règle mais au contraire de s'autoriser à envisager différentes manière de voir et d'être. Un peu comme tous les courants qui existent en Aïkido. Chacun y trouve son compte et peu importe la forme, là où cela devient dangereux c'est lorsque l'on affirme détenir un savoir auquel les autres ne peuvent prétendre.

 

Connais-toi toi même?     

 

     Les arts martiaux m'ont personnellement beaucoup apportés. Ils recèlent la possibilité d'une véritable exploration de soi. Tout dépend néanmoins de la manière d'envisager l'étude. De nombreux paramètres entrent en considération dont : le but recherché (qui évolue avec le temps), la forme que l'on pratique (idem), le professeur que l'on suit (idem sinon il faut partir!)...

 

     Ma recherche en Aïkido est basée sur la possibilité d'adaptation libre et spontanée. Pratiquer librement implique d'être juste présent dans l'instant, au bon moment. En ce sens l'entraînement nous force à nous plonger dans une forme de méditation active qui débouche naturellement sur une analyse des tensions mais dans un but uniquement technique. Cela n'empêche pas d'avoir pour effet de dégager l'esprit de bon nombre de pensées inutiles. 

 

     Le pendant de cette réflexion est qu'il nous est impossible de bouger en harmonie avec notre corps si notre esprit n'est pas tranquille. Cela ne peut se produire sans une certaine forme d'introspection. Nous essayons de développer une intelligence du corps qui va de paire avec une exploration de l'esprit. L'idéal serait de pouvoir unir l'un à l'autre de sorte qu'il n'y ait pas d'écart entre l'acte et la pensée.

 

     Par conséquent le "connais toi toi-même" pour moi prend tout son sens dans la pratique. Je n'aborderai pas ici les manifestations de l'Ego car j'en ai parlé récemment dans cet article "Quand l'Ego frappe à notre porte" c'est bien entendu une autre manifestation de la necessité d'apprendre à se connaître.

 

 

Les ancêtres et les morts?

 

     Je ne sais que trop dire à leur sujets... Sources d'inspirations, guides, légendes et mythes à la fois comment considérer l'héritage du passé à travers le prisme du présent et la construction du futur?

 

     Se servir de leurs héritages laissés au travers des livres, des photos, des vidéos (puisque maintenant il existe des vidéos de nos proches ancêtres dans le domaine martial) ou des récits de leurs exploits ayant passé les âges pour les plus anciens et ayant subit nombres de déformations et ré-interprétations. 

 

    Je crois qu'à ce sujet l'article de Léo Préserver une tradition et faire évoluer un savoir faire explique bien mieux que je ne saurai le faire la dichotomie des arts martiaux traditionnels ayant un pied dans le passé et l'autre vers l'avenir. 

 

    La vie n'était pas la même auparavant, la pratique non plus. Est-ce à dire qu'elles étaient meilleures? Doit-on imiter ou plutôt chercher à transcender les bases qu'ils nous ont laissé. Gardons à l'esprit que le monde dans lequel nous vivons (en occident du moins) est très sécurisé et autorise beaucoup plus de frivolités qu'un monde où la vie pouvait être en jeu très rapidement. Forgeons notre attitude sur le parfum de respect et de droiture qui émane des ancêtres tout en n'oubliant pas que nous ne sommes pas eux! 

 

    Toujours est-il que je m'inspire régulièrement au travers de sources multiples du travail légué par les morts d'une époque révolue que j'essaye de transposer dans une pratique qui me paraît cohérente aujourd'hui. Je m'inspire aussi des nouvelles tendances pour tester et valider d'autres théories. Je dirais qu'il faut aller voir là où l'inspiration, la vie nous emporte et saisir, se nourrir de ce qui se présente.

 

Forger ses propres outils?

 

    Tel la maxime "c'est en forgeant que l'on devient forgeron" à mesure que l'expérience s'accumule des grandes lignes de travail apparaissent qui vont déterminer notre manière d'apprendre et de travailler. Nous retombons ainsi à la première question de cet article "D'où parles-tu?" du prisme qui est le mien pourrais-je désormais répondre, forger par mes erreurs, mes rencontres, ma compréhension. 

 

 

Il est nécessaire de se forger ses propres outils, de les utiliser jusqu'a ce qu'ils s'usent pour en créer de nouveaux plus appropriés, plus performant et surtout plus adaptés à ce que l'on est sur le moment.

 

Voilà après maintes relectures et modifications je crois que le résultat semble cohérent!

 

Merci Erwan pour cette initiative.

 

Julien

Partager cet article

Repost 0
Published by julien coup
commenter cet article

commentaires