Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Moment de réflexion sur l'Aïkido

Publié le par julien coup

 

 

 

Un art accessible à tous

 

      Lorsque j'ai débuté ce qui m'a attiré dans l'Aïkido était son apparente facilité d'accès à n'importe quelle personne motivée. En effet contrairement à des pratiques nécessitant d'importantes capacités physiques (force, souplesse etc ) l'Aïkido paraissait ouvert à un public plus important.

 

      Je partais du principe qu'un art qui demande des capacités physiques particulières devait avoir une efficacité limitée et donc que l'Aïkido possédait au contraire une application beaucoup plus large.

 

 

734219_542906129054519_1630570017_n.jpg 

uke : Thomas Vercellino

 

      C'est d'ailleurs toujours le sens que je donne aujourd'hui à notre pratique qui grâce à une supériorité technique, à une maîtrise des déplacements, de la distance, du rythme de l'attaque, de la précision des gestes, doit permettre à une personne physiquement moins avantagée de réussir à combler le vide qui existe face à un adversaire plus imposant ou performant.

 

Remises en question

 

       Au fil du temps les remises en question s'accumulent et bien souvent l'on constate que ce n'est pas aussi évident que cela pouvait l'être au départ. Parvenir à la maîtrise légendaire d'Ô senseï ou de Tamura senseï n'est pas à la portée de tout le monde!

 

      Il est vrai que dans les vieux films en noir et blanc d'Ô senseï on observe une facilité évidente dans l'exécution des techniques. Face à des adversaires bien plus jeunes, plus grand, plus vifs, plus fort le maître reste impassible et enchaîne les techniques tranquillement. Tamura senseï aussi possédait cette aisance si déconcertante.

 

 

Osensei12.jpg 

 

 

      Tous ces maîtres, Ô senseï le premier, ne se sont pas cantonnés uniquement à leur domaine de pratique et on retrouve chez chacun d'entre eux des influences diverses. Il est par conséquent essentiel pour nous pratiquants de nous questionner, d'interroger ces formes que nous apprenons et transmettons afin d'en comprendre l'essence. Aller chercher l'inspiration ailleurs, s'ouvrir aux difficultés que posent d'autres pratiques.

 

Comment un aïkidoka doit-il réagir face à un boxeur, un karatéka, un lutteur etc ? Il ne s'agit pas de changer de discipline mais de se mettre en situation critique de manière à améliorer notre technique.

 

Une évolution permanente

 

      Bien qu'il existe de nombreuses formes ayant été recensé en Aïkido, que la nomenclature technique est assez riche et détaillée, il ne se laisse pas enfermer dans un cadre fixe. Ce n'est d'ailleurs pas un hazard si lorsque l'on demandait à Tamura senseï comment fonctionnait une technique il en démontrait une autre...tout comme son maître. 

 

 

282986_541377279207404_1016391023_n.jpg

uke: Vincent Finkelstein d'Herblay

 

      Même si il faut commencer par les bases il est clair qu'elles seront insuffisantes si on ne les dépasse pas. Ce que ces maîtres exprimaient par leur réponse en apparence décalée, à mon sens, était toute la beauté de leur art en évolution perpétuelle.

Ils passaient sans doute, à l'occasion également, un message semblable à cette maxime "quand le sage montre la lune l'imbécile regarde le doigt!" et d'aucuns cherchaient à comprendre comment placer son pied, son orteil, son pouce alors que la réponse était peut être dans la façon de bouger à l'intérieur.

 

      En somme lorsque l'on bouge "correctement" la question n'est plus d'adapter la situation à la technique mais d'être capable d'adapter instantément la technique à la situation.

 

Voir les commentaires

Budoka no Kokoro - Budoka no Kokoro "Budoka no...

Publié le par Julien Coup

Voir les commentaires

Kyokushinkai, Aikikai et air pur... - J’ai vécu...

Publié le par Julien Coup

Voir les commentaires

Pourquoi bave-t-on quand on dort ? - Bien-être -...

Publié le par Julien Coup

Voir les commentaires

Vidéos sur l'art du tir à l'arc Hongrois

Publié le par julien coup

 

Entrainement à L'école Lajos Kassai


     Il y a quelques temps je postais un article sur Byron Ferguson un archer Américain assez exceptionnel. Suite à cela, Frédéric un lecteur du blog, m'a permis de découvrir l'école Lajos Kassai de tir à l'arc à cheval Hongrois que je ne connaissais pas en me communiquant deux liens vidéo.

 

     Je tenais à vous les faire partager car j'ai beaucoup apprécié. Dans la première vidéo il s'agit d'un mini reportage sur l'école où sont séquencés les différentes étapes de l'entraînement en 9 minutes 35.

 

     On perçoit clairement les phases essentielles pour le futur archer à cheval en commençant par le tir à l'arc fixe au sol, puis en mouvement, enchaînant par la prise de contact avec l'animal puis un apprentissage du dressage impressionnant, en passant par des figures acrobatiques et au final une combinaison du tout par le tir à l'arc à cheval.

 

     La méthode développée est complète et didactique. Pourtant ce n'est pas tant l'aspect tir à l'arc qui m'a le plus étonné. Sans être un expert en dressage j'ai été plus marqué par le travail avec les animaux. Les exercices qui sont démontrés dans la vidéo demandent des années de travail ainsi qu'une véritable relation de confiance avec l'animal. Comme on le voit dans la seconde vidéo c'est seulement au prix de ces efforts cumulés de tir et d'unité avec le cheval qu'il devient possible d'être efficace en course.

 

 

 

 

Lajos Kassai


     Dans cette seconde vidéo on voit Lajos Kassai, le fondateur de l'école, en personne et le résultat de ce qui représente des années d'entraînement:)

 

     Après avoir lu un sommairement sa biographie j'ai découvert qu'il s'agissait d'un homme qui a su réhabilité les traditions de ses ancêtres. L'école est donc assez récente et doit son existence à sa seule volonté. 


     Il y cite quelques performances dont ses trois records du monde avec deux de 12 heures et un de 24 heures à cheval...je ne sais pas trop dans quelles conditions cela est réalisé toujours est-il qu'un examen de 12 heures où plus est assez rare et difficile, qui plus est à cheval. Si j'ai bien compris il précise qu'il n'a pas été chercher ces records pour ce qu'ils sont mais pour coller au plus près de son art et en trouver la véritable essence.  

 

     Sans la partager complètement j'ai bien aimé également la vision spirituelle et philosophique qu'il propose ici:

"I think we were born in this world not as “tabula rasa” but rather as the original destines of our souls, who have been forgotten, because of superfluous daily routine. Only those of us, capable of living without egoism, beyond the common sense, have the chance to find their soul again".

 

     En somme il s'agit d'un véritable chercheur qui voue sa vie à sa pratique et qui tente de faire partager sa passion au plus grand nombre en respectant la tradition. Merci pour cette découverte Frédéric:)

 

 

 

 

Voir les commentaires

Retour sur les stages en commun avec Tanguy Levourc'h

Publié le par julien coup

 

 

 

Nous avons donné récemment deux stages en commun avec Tanguy,  je tenais à faire un petit compte rendu sur cette deuxième session. 

 

L'échange comme motivation 

 

 

    Suite à un désir de partager, d'échanger autour de notre pratique nous avions décider l'année dernière, sous l'impulsion de Léo, avec Isseï, Tanguy, Hervé de nous réunir sous formes de stages en commun.  

 

 

303913_583882308290234_1781505820_n.jpg

Tanguy alias oeil de lynx:)

 

 

Ce que j'apprécie dans ce système est de pouvoir mettre à plat nos recherches personnelles et de développer de nouvelles pistes de travail en s'inspirant les un des autres. J'ai été très content de pouvoir accueillir et d'aller chez Tanguy pour cela. 

 

 

Une vision partagée, des pratiques différentes

 

 

    Nous avons beaucoup discuté autour de la pratique, de la vision que nous en avions, du but vers lequel nous tendions et j'ai été heureux de voir à quel point nous partagions un idéal semblable.

 

    Techniquement parlant nous ne faisons pas les mêmes choix et nos pratiques, si elles ont un parfum similaire, sont différentes extérieurement du moins. Tout est question de cheminement personnel. Ainsi lors de cette session Tanguy insista beaucoup sur un travail en sensation, de perception de l'intention d'attaque par le biais de jeux libres les yeux fermés la plupart du temps. 

 

 

 

601275_583881881623610_1558613755_n.jpg

Thomas dans: essayer d'échapper à la trajectoire de l'attaque!

 


    Je me suis déjà essayé plusieurs fois à ce type d'entraînement j'avoue que je ne l'avais pas approfondi pour diverses raisons. Tanguy, a lui au contraire, bien avancé dans cette voie et il a développé plusieurs exercices très intéressants dans ce sens. Nous devions par exemple attaqué à vitesse constante et lentement le tori qui avait les yeux fermés. Celui-ci devait alors se fier uniquement à sa perception et essayer d'échapper à la trajectoire de l'attaque. 

 

    Je pense que les élèves présents, à Argenteuil notamment, qui n'avaient pas trop l'habitude ont apprécié cet entraînement sortant de l'ordinaire.

 

    Il a également travaillé sur l'application en combat avec le même travail sur des attaques tsuki et un jeu d'adaptation libre sur les différents types d'attaques. On pouvait percevoir les différentes influences dans son travail allant de l'Aïkido de Tamura senseï au Shinbukan de Kuroda senseï en passant par le Hino Budo et l'Aunkaï.

 

 

 

 64125 583882071623591 789930966 n

      même travail cette fois ci en essayant d'adapter une technique

 

 

    Pour ma part j'ai abordé plusieurs thèmes dont Ushiro waza et le lien entre la pratique à mains nues et le travail aux armes. J'ai essayé de montrer quels types d'améliorations il était possible de trouver sur une technique à mains nues en se référant à un travail avec armes. 

 

 

625701_583742578304207_35164328_n.jpg

Travail sur ushiro ryote dori avec saisie directe par derrière

 

 

 

Je ne passerai pas en revu tous les détails et les différentes parties abordées, cela prendrait un peu trop de temps. En effet en enchaînant sur deux weekend 25h30 d'entraînement nous avons eu le temps de traiter pas mal de points intéressants :)

 

L'amitié entre pratiquants

 

    Je voulais néanmoins revenir sur les liens que nous tissons au gré des rencontres que nous organisons. Bien souvent nous croisons beaucoup de gens lors des stages qui viennent parfois de loin et le temps d'un weekend entre la pratique, les repas et le repos, il reste peu de temps pour apprendre à mieux se connaître. Nous nous faisons alors une idée des personnes que nous côtoyons sans vraiment savoir qui ils sont. 

 

 

544455_583746424970489_1641278859_n.jpg

des personnes que nous côtoyons sans vraiment savoir qui ils sont...

 

 

    Si je connais Tanguy depuis plusieurs années maintenant ce n'est que depuis peu que nous avons eu l'occasion de nous retrouver ensemble hors des tatamis. J'ai découvert, en plus d'un pratiquant sincère et chevronné, un ami qui sait apprécié les choses simples de la vie, qui ne se prend pas au sérieux et qui aime autant la bière que moi:) Des qualités qui sont à mes yeux aussi importantes qu'être un bon pratiquant.

 

    Durant longtemps j'ai considéré la pratique comme une fin, je la perçois désormais bien plus comme un moyen. Un moyen pour s'accomplir, pour s'améliorer, pour rencontrer, pour échanger. Une voie par laquelle on accède à une certaine connaissance de soi et qui enseigne ,en Aïkido du moins, bien plus que des techniques. La tolérance notamment, envers soi même, envers les autres. 

 

    Je  tenais remercier Tanguy et ses élèves pour leur accueil chaleureux (dans tous les sens du terme!) ainsi que tous ceux qui ont fait le déplacement pour venir à Argenteuil également.

 

    J'en profite pour rappeler qu'Isseï et Tanguy donneront un stage en commun le weekend du 27/28 avril à Herblay. Tous les détails sont sur Stage-Aïkido.fr

 

Voici l'affiche

 

 

3731.jpg

 

      Je vous souhaite un bon stage car malheureusement je ne pourrai pas y assister je serai dans l'avion à destination du Japon ce weekend ci:)

Voir les commentaires

Byron Ferguson l'ultime Archer

Publié le par julien coup




   J'avais déjà présenté il y a quelques temps Bob Munden dans Stan Lee et les Super Humains. Il s'agit d'une série de reportages d'une dizaines de minutes chacun où l'on suit Daniel Browning Smith, lui même contorsionniste, qui va interviewé aux quatre coins du globe des personnes se déclarant avoir des "supers pouvoirs". Pour rappel Stan Lee est co-dessinateur des Marvels Comics d'où l'intitulé:)


   Dans le reportage qui suit on découvre Byron Ferguson un homme âgé d'une cinquantaine d'années qui se déclare être le meilleur archer au monde. Il est soumis à plusieurs tests au cours de cette vidéo d'abord de tirer une flèche au travers d'une bague à une distance de 9 à 13 mètres, ensuite il doit tirer sur des balles de tennis en mouvement et pour finir sur un cachet d'aspirine...


  Même si je ne doute pas qu'il existe des archers dotés des mêmes capacités de part le monde, abstraction faite de toute la mise en scène à l'américaine, il est certain que ses capacités sont réellement impressionnantes. 


   Une chose que j'ai noté, et que je retrouve chez chaque expert que j'ai vu manié une arme, est qu'il n'y a pas de tensions apparentes dans la saisie de son arc ni dans sa posture qui reste fixe et détendue. 



Voir les commentaires